La 230 G 353 fut construite en 1923 dansles usines de la société des Batignolles. Elle appartientà une série de 170 machines livrées de 1916 à 1923 au réseau du Paris 0rléans (P.O) sous les numéros 4201 à 4371, divisée en deux sous-séries de caractéristiques très légèrement différentes 4201 à 4270d'une part, 4271 à 4371 d'autre part, qui deviendront les 230-201à 370 lors de la fusion du P.O et du Midi en 1934, puis enfin les230 G (et 230 K pour une partie d'entre elles) à la SNCF.

Caractéristiques des 230G

Disposition d'essieux 230
Diamètre des roues motrices 1,760 m

Machines à simple expansion

Vitesse maximale en service 100 km/h

Masse en ordre de marche 67,8 T

Masse en ordre de marche du tender 39,95 T

Capacité : charbon 4,25 T ; eau 17 m3

Performances de traction : 415 T à 80 km/h en rampe de 2,5 mm/m

390 T à 50 km/h en rampe de 10 mm/m

Elles circuleront sur toutes les lignes duréseau du P.O, à l'exception de celles comportant de fortesrampes, remorquant des trains de voyageurs ou marchandises .

En 1934, lors du transfert du P.0 àl'Etat de la ligne de Savenay à Landerneau et de ses embranchements (Auray Pontivy, Questembert Ploermel...) le Réseau de l'Etat reçoit 41 machines. En 1938, à la création de la SNCF, 51 machines renumérotées 230 K 401 à 451 sont en service sur la  Région Ouest. La plupart seront affectées dans les dépôts d' Angers, Auray, Quimper, quelques unes à Rennes, St Brieuc, Brest...

Des machines similaires à la 230 G 353 ont donc déjà circulé sur la ligne Guingamp Paimpol !

La 230 G 353, ex 4353 du P.O, connaîtraau cours de sa carrière les dépôts de Brive, Limoges,Saint Sulpice Laurière, Montluçon, Tours St Pierre, Vierzon et enfin Montluçon où elle a assuré son dernier train le 2 avril 1970. Seule locomotive à vapeur maintenue en état de marche par la SNCF,  été affectée au dépôt  de Noisy le Sec, puis La Villette, elle a depuis assuré de très  nombreux trains spéciaux.

Une autre machine de la série, la 230G 352 ex 4352 est également préservée.